• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Bible

    Méditation sur l'Écclésiaste par Jacques Ellul,

    Roger Payot

    La raison d'être
    Méditation sur l'Ecclésiaste


    «Nous savons depuis longtemps que Jacques Ellul représente — avec deux ou trois autres — le meilleur de ce que j'oserais appeler la « pensée protestante » en France. J'entends par là, plus encore qu'une appartenance confessionnelle ou une identité de thèmes et d'idées, une tournure d'esprit, des références communes, un ton, un angle d'attaque (c'est le mot qui convient) caractérisé par une extrême pertinence, un sérieux dans l'information qui n'exclut pas l'audace des hypothèses, un esprit critique aiguisé, un humour permanent, une ironie constante — au sens kierkegaardien — qui peut retourner sa pointe en autocritique, un sens du dialogue et de l'autre qu'accompagne un individualisme méthodologique et intellectuel bien compris.

    Dès lors, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'un esprit de cette trempe ait poursuivi, pendant plus d'un demi-siècle, avec Qohélet, un entretien fervent et approfondi dont il nous donne aujourd'hui le fruit. J. Ellul est tout à fait convaincant lorsqu'il nous montre que l'Ecclésiaste est un texte émanant d'une source unique, et parfaitement cohérent. Mais son auteur ne suit pas un plan prédéterminé, il avance et évolue sur la route qu'il trace et à son rythme, work in progress comme disait Joyce. Le discours n'est pas simple non plus, mais tissé sur plusieurs niveaux imbriqués ou feuilleté en couches alternées qu'il faut dérouler et puis recomposer. Ellul me persuade aussi lorsqu'il y voit un témoignage spécifiquement hébraïque et non pas du tout — comme l'ont cru trop de théologiens et d'exégètes — un morceau de philosophie hellénique. Tout au contraire, on y trouve une mise en cause impitoyable et souvent sarcastique de la sagesse dans son acceptation grecque.

    En lisant Ellul, on retrouvera l'impression brûlante que procure Qohélet, de paysage décapé jusqu'à l'os, comme une toile de Tanguy, à l'implacable lumière de la transcendance divine. Le commentaire est de même niveau, ardent, sincère, sans réserve, pleinement authentique. Il est émouvant de constater l'accord profond, la connivence, la complicité d'esprit entre un inconnu qui vivait trois cent cinquante ans avant Jésus-Christ et un homme profondément engagé dans les débats de notre temps. Cet élan du coeur, de l'âme et de l'esprit ne va pas sans quelques défauts : un certain manque de densité, quelques à peu-près, un peu de bousculade, des critiques ou condamnations survolantes et étonnamment globalisantes. Mais il est mieux qu'il en soit ainsi et ces menues imperfections contribuent au mouvement et au « rendu » du livre. Lecture indispensable pour ceux qui n'ont jamais bien compris l'Ecclésiaste comme pour ceux qui croient l'avoir compris. Oeuvre d'un homme vivant qui dialogue avec un texte vivant, l'un et l'autre placés sous le regard du Dieu vivant. »

    Article paru dans le numéro 467 du Bulletin des Lettres, le 15 juin 1967

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.