• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Beurre

    Article «Beurre» de l'Encyclopédie

    Denis Diderot
    Beurre (Hist. et écon. rustiq.). Substance grasse, onctueuse, préparée ou séparée du lait, en le battant.

    Le beurre se fait en Barbarie en mettant le lait ou la crème dans une peau de bouc, suspendue d’un côté à l’autre de la tente, et en le battant des deux côtés uniformément. Ce mouvement occasionne une prompte séparation des parties onctueuses d’avec les parties séreuses (1). Ce n’a été que tard que les Grecs ont eu connaissance du beurre : Homère, Théocrite, Euripide, et les autres poètes, n’en font aucune mention; cependant ils parlent souvent du lait et du fromage; Aristote, qui a recueilli beaucoup de choses sur le lait et le fromage, ne dit rien du tout du beurre. On lit dans Pline que le beurre était un mets délicat chez les nations barbares, et qui distinguait les riches de pauvres.

    Les Romains ne se servaient du beurre qu’en remède, et jamais en aliment. Scockius observe que c’est aux Hollandais que les habitants des Indes orientales doivent la connaissance du beurre; qu’en Espagne on ne s’en servait de son temps qu’en médicament contre les ulcères, et il ajoute qu’il n’y a rien de meilleur pour blanchir les dents que de les frotter avec du beurre.

    Clément d’Alexandrie remarque que les anciens chrétiens d’Égypte brûlaient du beurre dans leurs lampes, sur leurs autels, au lieu d’huile; et les Abyssiniens, suivant Godignus, conservent cette pratique. Dans les églises romaines il était permis anciennement, pendant les fêtes de Noël, de se servir de beurre au lieu d’huile, à cause de la grande consommation qui se faisait de cette dernière dans d’autres usages.

    Scockius écrivit un volume assez gros : De butyro et aversione casei, Sur le beurre et sur l’aversion du fromage, où il traite de l’origine et des phénomènes du beurre. Il a recherché si le beurre était connu du temps d’Abraham, et si ce n’était pas le mets avec lequel il traita les anges : il examine comment on le préparait chez les Scythes, d’où viennent ses différentes couleurs; il enseigne comment il faut lui donner sa couleur naturelle, le battre, le saler, le garder, etc. La partie du Suffolk, en Angleterre, qu’on appelle le haut Suffolk, est un terrain riche, tout employé à des laiteries; elle passe encore pour fournir le meilleur beurre, et peut-être le plus mauvais fromage d’Angleterre: le beurre est mis en barils, ou assaisonné dans des petits caques, et vendu à Londres, ou même envoyé aux Indes occidentales, d’où les voyageurs nous disent qu’on l’a quelquefois rapporté aussi bon qu’au départ.

    (1) Voyez le Voyage de Shaw, p. 241. La Haye, 1743.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Denis Diderot
    Écrivain et philosophe français.
    Mots-clés
    lait, produit laitier, agriculture, médicament
    Documents associés
    Jacques Dufresne
    Beurre, carême, protestantisme
    François Laliberté
    Beurreries, fromageries, statistiques sur le beurre

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.