• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition

    Dossier: Bénédictin

    Le moine noir

    Jean Sgard

    Prévost, tour à tour jésuite puis bénédictin, que la nature avait doué d'un appétit de vivre sans frein (qui l'amena à s'exiler à plusieurs reprises de la France pour éviter des poursuites juridiques), s'accommoda très mal de la vie religieuse. Voici ce que dit de lui Dom Pierre François Boudier: «Il fit donc profession, mais il ne tarda pas à se montrer tel qu'il était, ennemi de toute gêne, sans foi, sans goût pour son état ni pour les études les plus propres à lui en faire prendre l'esprit».

    Citons ici une dernière notice biographique, relativement précise, puisqu'elle vient d'un bénédictin qui a connu Prévost à Jumièges. Dom Pierre François Boudier a composé, entre 1772 et 1787, un Recueil d'hommes illustres « contenant les auteurs célèbres qui ont vécu dans l'état ecclésiastique et religieux, avec un abrégé de leur vie ». Ce recueil, apparemment achevé, mais que la Révolution empêcha de paraître contient une notice sur Prévost, dont je citerai la première partie en entier:

    « Antoine-François Prévost d'Exiles naquit à Hesdin, petite ville du pays d'Artois en 1697. Son père fort honnête homme y remplissait avec honneur la charge de procureur du Roy. Dieu lui avait donné plusieurs enfants qu'il éleva avec soin, mais tous n'en profitèrent pas également, quoiqu'ils eussent reçu de la nature d'heureuses dispositions. Un embrassa la vie religieuse dans l'ordre de prémontré, et sut par ses intrigues se ménager l'abbaye de Blanchelande diocèse de Coutances où il est mort en 1767. Un autre se fit jésuite et quitta au bout de quelques années la Société, y ayant été forcé pour bonnes raisons. Celui-ci avait aussi d'abord pris le même parti, mais son peu de piété et de religion obligèrent ensuite les Supérieurs de le renvoyer. Au lieu de retourner auprès de son père, il s'engagea et servit quelque temps en qualité de simple soldat. Dégoûté du service, il rentra dans la Société, d'où il se fit encore chasser comme un sujet dangereux; réduit ainsi à ne pas savoir où donner de la tête, il se rengagea et donna beaucoup de chagrin à son père devant lequel il n'osa plus se présenter. Sa ressource alors fut de se retirer dans la congrégation de Saint Maur où il fut admis et envoyé à l'abbaye de Jumièges en Normandie pour y faire son noviciat. C'est où je l'ai connu. La conduite qu'il tint lui mérita l'estime avec les suffrages de la communauté. Il fit donc profession, mais il ne tarda pas à se montrer tel qu'il était, ennemi de toute gêne, sans foi, sans goût pour son état ni pour les études les plus propres à lui en faire prendre l'esprit. En vain l'appliqua-t-on à la théologie, il fallut l'en retirer, sa passion pour la lecture des auteurs profanes et des romans se fortifia de plus en plus, de sorte qu'il s'y livra entièrement. Des dispositions si peu chrétiennes l'ont conduit peu à peu à une honteuse apostasie. »

    La notice de Dom Boudier se fait remarquer par sa relative exactitude, son honnêteté, sa bonne foi. Est-ce pourtant la discrétion qui l'empêche de dire en quoi Prévost fut jugé dangereux par les jésuites, et pourquoi il donna tant de chagrins à son père? Sur le point qui nous occupe, il ne dit rien. Les autres biographes se taisent, ou s'en tiennent à la version de Prévost dans Le Pour et Contre en 1734:

    « La malheureuse fin d'un engagement trop tendre me conduisit enfin au Tombeau; c'est le nom que je donne à l'Ordre respectable où j'allai m'ensevelir, & où je demeurai quelque tems si bien mort, que mes parents & mes amis ignorèrent ce que j'étois devenu.

    Cependant le sentiment me revint, & je reconnus que ce coeur si vif étoit encore brûlant sous la cendre. La perte de ma liberté m'affligea jusqu'aux larmes. Il étoit trop tard. »

    La beauté de la phrase n'empêche pas que l'on puisse se poser des questions. Le motif invoqué est l'amour, « qui est toujours un motif noble, dira Montesquieu, quoique la conduite soit basse ». Mais que fut ici sa conduite? p. 52, 53.

    Source

     

     

    Jean Sgard, Vie de Prévost (1697-1763), PUL, 2006, 296 pages.

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Jean Sgard
    Jean Sgard, professeur émérite à l'Université Stendhal de Grenoble, a consacré l'essentiel de ses recherches à la presse et au roman du XVIIIe siècle, notamment à Prévost et à Crébillon.
    Mots-clés
    Abbé Prévost, discipline, monastère, conduite
    Extrait
    «En vain l'appliqua-t-on à la théologie, il fallut l'en retirer, sa passion pour la lecture des auteurs profanes et des romans se fortifia de plus en plus, de sorte qu'il s'y livra entièrement».

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.