• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    Impression du texte

    Dossier: Art

    Art religieux et art profane

    John Ruskin
    Tel est donc le grand fait qui domine toute distinction entre l'art moderne et l'art ancien : l'art ancien est religieux, tandis que l'art moderne est profane. Encore une fois, prenez patience. Je dis que l'art ancien était religieux : c'est-à-dire que la religion était son premier but, le luxe domestique et le plaisir ne venant qu'en second lieu. Je dis que l'art moderne est profane : c'est-à-dire que le luxe domestique et le plaisir sont ses premiers buts, la religion ne venant qu'en second lieu.

    Or, vous savez tous que, lorsque la religion ne vient qu'en second lieu, elle ne vient pas du tout. Dieu tolère bien des choses, dans le coeur humain, mais il en est une qu'Il ne tolère pas : c'est un rang secondaire. Celui qui n'offre à Dieu qu'un rang secondaire ne lui en offre aucun. Et il est une autre grande vérité que vous connaissez tous : c'est que celui qui fait de la religion son premier but, en fait son seul but, et ne peut travailler pour rien au monde que pour l'amour de Dieu.

    C'est pourquoi je ne dis pas que l'art ancien soit plus religieux que l'art moderne. Ce ne peut être ici une question de plus ou de moins. L'art ancien était religieux, l'art moderne est profane, et la distinction qui les sépare est aussi nette que celle qui sépare le jour de la nuit.

    121. — Ne vous laissez pas troubler l'esprit par cette objection que l'art, selon vous, ne devrait pas être mis au service de la religion. Il n'est pas question de cela maintenant ; ne vous en préoccupez pas. Le fait est que l'art ancien fut consacré à ce service et reçut, par conséquent, une certaine forme, et que l'art moderne n'a pas été consacré à ce service et a reçu, par conséquent, une autre forme ; telle est la grande distinction qui sépare l'art médiéval de l'art moderne ; on peut en déduire clairement toutes les autres.

    C'est là le point de vue auquel je désire me placer afin d'éviter toute discussion. On peut se demander si la foi chrétienne s'épure dans la mesure où elle est privée des services de l'art ; je n'entends pas soulever cette question à présent ; mais il est indiscutable que l'art s'altère dans la mesure où il ne sert pas cette foi. C'est la seule chose qui nous importe, pour le moment.

    122.- Peut-être y a-t-il quelques personnes, parmi vous, qui n'admettent pas que la religion régnant au XIIIe siècle appartienne au Christianisme. Même s'il en était ainsi, il n'en resterait pas moins vrai, et c'est le seul point que j'ai à prouver, que l'art devait sa grandeur à la religion existant à cette époque, à la glorification de laquelle il s'était voué. Excluez le catholicisme romain de la chrétienté — mettez-le, si vous voulez, sur le même rang que l'ancien paganisme — je vous répéterai que, quel qu'il soit, les fidèles vivaient et mouraient pour lui, et que sa pensée régnait en maîtresse dans leur esprit. C'est en travaillant pour ses dieux que s'est élevé l'art classique, c'est en travaillant pour les siens que s'est élevé l'art médiéval, mais l'art moderne n'a pas de grandeur parce qu'il ne travaille pour aucun Dieu.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    John Ruskin
    Extrait
    «Tel est donc le grand fait qui domine toute distinction entre l'art moderne et l'art ancien : l'art ancien est religieux, tandis que l'art moderne est profane.»
    Documents associés
    Remy de Gourmont
    Beauté, oeuvre, morale
    Josette Lanteigne
    Art conceptuel, art contemporain, Kant
    Simone Weil
    Vie collective anarchie avenir de l'art
    André Suarès
    Classicisme et imitation en art
    Jacques Parent
    Création
    Jean le Rond D'Alembert
    Discours de présentation de L'Encyclopédie, connaissance, classification et modes d'acquisitions des connaissances, peinture, scultpure
    Pline l'Ancien
    Décadence de la peinture, goût du luxe, image, famille, commémoration des morts, Rome antique
    Eugène Fromentin
    Art classique humanisme Renaissance
    Fromentin Eugène
    Art hollandais
    Pierre Coubertin

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.