• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Argent-monnaie

    L'argent a des devoirs

    Albert Camus
    Extrait d'un article paru dans la revue Combat, 16 novembre 1944. Reproduit de: Le Combat d'Albert Camus. Textes établis, annotés et présentés par Norman Stokle, Québec, Presses de l'Université Laval, 1970, p. 244-246
    Le gouvernement a décidé la confiscation des biens de la Société anonyme Renault. On se souvient que ces usines avaient d'abord été réquisitionnées en attendant la conclusion des poursuites engagées contre Louis Renault. Louis Renault est mort. Il n'a plus rien à faire avec la justice humaine.

    Mais il reste la puissance financière dont il était le détenteur, et qui ne pouvait être mise au service de la nation qu'après le jugement qui aurait frappé Renault d'indignité. Ce jugement devenant impossible, faillait-il laisser cette énorme puissance aux mains de ses anciens actionnaires?

    Le gouvernement ne l'a pas pensé. Il a estimé que ces richesses avaient autorisé assez de privilèges sans responsabilités correspondantes, et devaient servir, maintenant, au bien de tous. En fait, il a porté ainsi un jugement moral qui est sans recours. Nous nous sommes assez expliqué là-dessus pour qu'il soit utile d'y revenir. Mais surtout, il faut bien le voir, le gouvernement a reconnu ainsi et ouvertement la responsabilité des actionnaires. Dans ce sens, il n'a pas établi seulement la responsabilité des individus privilégiés, comme c'était le cas dans l'accusation portée contre Renault, mais aussi celle de l'argent sous sa forme la plus anonyme.

    Une société basée sur l'argent ne peut prétendre à la grandeur ou à la justice. Mais elle le peut moins encore lorsque l'argent garde tous ses privilèges sans accepter de responsabilités. La décision d'hier signifie au contraire que l'argent a des devoirs, et d'autant plus grands que ses droits ont été plus exorbitants.

    Qu'on nous comprenne bien. Si la nation réclame la confiscation de ces biens, ce n'est pas dans un sentiment d'envie. Il nous est indifférent, dans un sens, que des hommes soient riches et jouissent de tout ce qui est attaché à la richesse. Et s'il fallait donner ici notre sentiment personnel, nous dirions que ces pauvres vies dorées ne nous paraissent pas bien enviables.

    Mais, les quatre années terribles nous ont appris les rudiments d'une certaine morale. Nous savons maintenant que ceux qui ont choisi de vivre pour l'argent ne trouveront d'excuses que s'ils démontrent qu'ils acceptent les responsabilités de leurs privilèges. En 1940, les industriels français et leurs actionnaires devaient prendre une juste idée de ces responsabilités en payant le prix le plus cher. Ils devaient résister à l'ennemi. Ils ont préféré être payés.
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.