• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Agriculture biologique

    L'agriculture biologique en harmonie avec la nature

    Marcel Roy
    Comme le végétarisme, l'agriculture biologique n'a pas à être définie négativement en termes d'absence de ceci ou de cela; la méthode positive se réfère à l'équilibre naturel et aux organismes vivants.

    Introduction

    À peu près tout le monde en a entendu parler et fort probablement, chacun a sa propre position sur le sujet. Cette position est campée en fonction de mille et une perceptions plus ou moins positives ou négatives selon le vécu, la connaissance et, de plus en plus, l’état de santé des individus. Aussi, les cas d’empoisonnement aux pesticides ou l’histoire de la vache folle en font réfléchir plus d’un, plus d’une.

    Pour beaucoup, l’agriculture biologique se résume à deux caractéristiques: pas d’engrais chimiques et pas de pesticides. Ce n’est pas faux, mais une telle définition induit totalement en erreur. Tant qu’à définir par la négative, on pourrait reprendre la phrase précédente en mentionnant qu’en agriculture biologique, il n’y a pas d’empoisonnement aux pesticides, pas de maladie de la vache folle, et pas la majorité de tous les maux provoqués par l’agriculture conventionnelle d’aujourd’hui.

    Cette façon de définir l’agriculture biologique, vous en conviendrez avec moi, n’est pas convenable. C’est tellement plus agréable de définir les choses par la méthode positive. Prenons donc seulement quelques éléments qui découlent du mode de penser de cette méthode d’agriculture à vision globale.


    Deux points majeurs

    D’abord, au niveau d’une région, il faut tendre à maintenir un équilibre entre les superficies en culture et le cheptel d’élevage. Par cet équilibre, on évite complètement tous les problèmes occasionnés par les surplus de fumier d’une région et les manques de fumier d’une autre.

    Ensuite, vient la nécessité d’assurer un équilibre entre les superficies en culture et les superficies boisées. L’équilibre signifiant ici une juste répartition de forêt et de brise-vent sur l’ensemble d’un territoire donné. Ainsi, il y a moins de tempête de vent qui transportent avec elles la matière organique, donc moins de perte de sol, etc. De plus, la forêt «retient» la nappe phréatique à un niveau plus élevé. Des sols sableux sont plus sensibles à la sécheresse si la forêt est absente ou très éloignée. Une région équilibrée sous cet aspect atteindra beaucoup plus facilement l’équilibre entre les prédateurs des cultures et leurs propres prédateurs et favorisera aussi les microclimats, une meilleure couverture de neige en hiver, etc.


    Le sol, un organisme vivant

    Un grand concept doit être respecté: le sol est un organisme vivant et non pas un réservoir de minéraux morts qu’on peut simplement remplir chimiquement quand ces derniers manquent à l’appel. Un sol «vivant» fabrique lui-même la nourriture pour les plantes par la décomposition des matières organiques et la dégradation de la roche-mère. Par contre, un sol restera vivant, à long terme, à condition que l’on n’empoisonne pas ses propres organismes comme les champignons, bactéries, vers de terre, etc., par toute sorte de produits agrochimiques.

    En favorisant la santé et le bien-être de ses milliards de travailleurs, que ne demandent comme salaire que de l’air et de la matière organique, le sol sera sain, équilibré dans ses éléments et productif. Le plus important pour un sol ce n’est pas tant le réservoir de minéraux qu’il représente, mais bien la vie qui s’y manifeste.


    Penser à long terme... plutôt qu’à l’instantané

    Permettez-moi de vous faire penser à quelques éléments: la nutrition des plantes via un sol vivant, la prévention des carences, la prévention des maladies, le contrôle des prédateurs, les pertes de sol, etc. Toutes ces activités se gèrent habituellement très bien; il faut cependant accepter qu’en agriculture, on travaille avec du matériel vivant et que tout cela fait partie de cycles qu’on doit comprendre. Il faut accepter aussi de prendre le temps nécessaire pour chacune d’entre elles.

    Lorsque nous ne respectons pas ce simple principe de la nature, nous sommes poussés à gérer en catastrophe; par exemple, d’aucuns se disent «vite, il faut arroser». Et ce qui n’est pas un moindre mal, nous sommes à la merci de la pharmacopée chimique, soumis à sa disponibilité, à son prix et à ses conséquences, qui sont toujours négatives pour la ressource sol et eau et bien souvent aussi pour la santé même de ceux qui appliquent les pesticides.


    La diversité

    L’équilibre de la nature est maintenu par sa diversité. Là aussi, nous devons observer la nature afin d’en retirer les leçons qui sont applicables à l’agriculture. Que dire des rotations de culture? Chaque plante soutire des éléments différents et en quantités différentes du sol. La diversité des plantes et leur rotation sur la ferme permettent de contrôler les prédateurs et/ou maladies. Il serait d’ailleurs plus juste de dire que cela en prévient l’apparition. La diversité, c’est aussi la complémentarité des différences.

    Chaque action de non-diversité sur une ferme mène inévitablement à des problèmes. Des exemples de cela? Pensons à la monoculture, à l’application d’une même recette d’engrais, à la consommation des mêmes aliments chez les animaux. Ce dernier exemple s’applique d’ailleurs aussi chez les humains.


    Travailler avec la nature

    Il faut travailler avec la nature et non lutter contre, car chaque évènement sur la ferme est un message. En agriculture biologique, on cherche à comprendre l’évènement, à le décoder. Une maladie qui se répète, la manifestation d’une carence particulière dans une culture ou l’envahissement d’un type de mauvaises herbes, voilà autant de situations qui nécessitent observation et solution.

    En agriculture conventionnelle, on se dépêche de supprimer le problème (on pense l’avoir supprimé), la plupart du temps en tuant l’attaquant; qu’il s’agisse de champignons, de virus, de bactéries, d’insectes ou de mauvaises herbes, on ne réalise pas qu’à chaque fois, on tue un peu plus la vie du sol. Au cas où vous ne le sauriez pas, nous n’avons fait disparaître aucun de ces organismes: nous les avons simplement rendus super-résistants à de multiples produits chimiques. Et ce qui est souvent oublié, c’est que d’autres organismes vivants, qui n’étaient pas visés, ont disparu. Tuer l’attaquant est une action à bien courte vue; cela ne règle pas mais crée un problème à plus long terme et n’est donc pas une action qui permet de travailler avec la nature.


    Ses origines

    L’agriculture biologique a pris naissance dans les années 30, en Europe, après qu’on y eut constaté les méfaits générés par les produits chimiques dans la pratique de l’agriculture intensive. L’agriculture biologique n’est donc pas une mode mais une orientation différente d’une minorité grandissante d’agriculteurs et d’agricultrices répartis dans tous les pays du monde.

    Elle est là, non seulement pour rester, mais elle se développe au fur et à mesure des prises de conscience de la collectivité.
    Pour pratiquer cette forme d’agriculture selon les règles d’art, il est primordial de connaître et comprendre réellement le dynamisme d’un sol vivant. L’application de recettes, sans savoir, n’a pas sa place ici. Personnellement, j’ai la conviction que la nature a ses propres lois et qu’on a tout intérêt à travailler avec.

    Les aliments biologiques, un choix logique
    Voilà le titre du dépliant # 00-0001 conçu par le Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, (Gouvernement du Québec) et disponible dans tous les centres de service du MAPAQ et les magasins d’aliments naturels. Un encart est inséré dans ce dépliant et contient la mise à jour des principales organisations québécoises du milieu de l’agriculture biologique, ainsi que les coordonnées des organismes de certification biologiques accrédités par le Conseil d’accréditation du Québec, en vertu de la Loi sur les appellations réservées (A-20.02).
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Marcel Roy
    Marcel Roy est agronome et spécialiste de référence du MAPAQ en agriculture biologique. Son port d’attache est situé à St-Romuald et il travaille pour la Direction régionale Beauce-Appalaches.
    Mots-clés
    Définition de l'agriculture biologique, sols, équilibre vivant, résistance
    Extrait
    «L’agriculture biologique a pris naissance dans les années 30, en Europe, après qu’on y eut constaté les méfaits générés par les produits chimiques dans la pratique de l’agriculture intensive.»
    Documents associés
    Daniel Cérézuelle
    Nature, Agriculture, Paysan, Limite, Sens (physiol), Wendell Berry, Bernard Charbonneau
    Charles-Eugène Bergeron
    Bassin versant
    Charles-Eugène Bergeron
    Organique
    Jacques Dufresne
    Joël Salatin, agriculture durable, biomimétisme, cycles naturels, porcs, poulets.
    Charles-Eugène Bergeron
    Alimentation biologique, La Guerre alimentaire, environnement, économie
    Charles-Eugène Bergeron
    Certification biologique
    Charles-Eugène Bergeron
    Certification biologique
    Josette Lanteigne
    Certification biologique, agriculture traditionnelle

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.