• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Dossier: Adulte

    L'homme mûr ne croît plus

    Bernard Charbonneau
    Voici quelques pages tirées de Je fus, un livre sur la liberté et la connaissance de soi dont il faut espérer qu'il sera un jour reconnu à sa juste valeur.
    Maturité: «Pourrir à certains endroits, durcir à d'autres», disait Ste-Beuve. Charbonneau a la même lucidité: «Au-delà de trente ou quarante ans, tout homme libre est une sorte de survivant qui regarde se dissoudre dans le néant ceux qui furent les prochains de sa jeunesse. Certains sont morts, d'autres errent dans ces limbes où ils attendent le terme d'une existence déjà révolue. »
    La montée de l'ombre

    «L'homme mûr ne croît plus; et c'est cette défaite qu'il prend généralement pour la maturité. S'il parle d'expérience ou de sagesse, il ne s'agit plus de celles qui pourraient armer sa liberté, mais de celles qui justifient son renoncement. À trente ans ou à vingt, la plupart des hommes cessent de grandir parce que cette croissance arrachée à une nécessité plus pesante devient chaque jour plus terrible; ceci au moment où, n'étant plus physique, leur développement pourrait devenir spirituel. Adolescents montés en graine déguisés pour de bon en académiciens ou en généraux, les plus illustres continueront jusqu'à leur mort leurs amusements puérils avec de vraies paroles ou de vrais fusils qui tuent. S'ils sont intellectuels, au lieu de jouer avec des balles ce sera avec des idées. Ce sont des hommes d'âge, c'est-à-dire des bébés fossiles. Car la vraie vieillesse exige le même élan que l'enfance, seulement il n'est plus donné par les muscles.

    L'individu jeune tient par sa vitalité, puis vient un temps où elle ne suffit plus, il faut que la société vous y aide. À partir de la trentaine, celui qui se tenait de l'intérieur est maintenu de l'extérieur: l'appui du milieu succède à l'élan des sens et de la conscience. La même force qui dissout la personne lui constitue une forme d'habitudes qui donne l'illusion de la présence, alors qu'en soi elle est absente. Aussi l'âge mûr est conservateur, car il ne peut briser cette forme sans révéler son néant. L'acte libre, la vie personnelle lui deviennent de plus en plus difficiles. Autant que par sa vitalité la jeunesse tenait par ses illusions; tandis que la conscience de l'adulte affronte une expérience, des faits et des engagements de plus en plus irrémédiables: la responsabilité devient impossible - parce qu'elle devient enfin vraie. Ainsi de l'enfant au vieillard la détermination se durcit dans l'homme pour aboutir à cet irrévocable bloc de marbre: un cadavre.

    La mort spirituelle précède en général la mort biologique. Tôt ou tard vient un âge où la personne n'est plus mais où elle a été. La durée fuit de plus en plus l'homme mûr au moment où, pris par ses occupations sociales, il a de moins en moins le temps. Toujours ailleurs il n'est là qu'en apparence: dans ce fantôme plus ou moins délabré qui survit à la présence de la jeunesse. Une année pour elle n'est qu'une journée pour lui, vivant un autre temps il vit dans un autre univers. Un mur de verre sépare ainsi les générations, que peut seul rompre l'effort de deux consciences.

    Au-delà de trente ou quarante ans tout homme libre est une sorte de survivant qui regarde se dissoudre dans le néant ceux qui furent les prochains de sa jeunesse. Certains sont morts, d'autres errent dans ces limbes où ils attendent le terme d'une existence déjà révolue. Tout est consommé, ils portent le masque définitif de la quarantaine. Ce sont des fonctionnaires ou des commerçants, des pères ou des communistes: leur définition les épuise. À moins qu'ils ne deviennent Un Tel, c'est-à-dire leur buste. Mais si certains accèdent à la gloire d'être Quelqu'un, la plupart se retirent dans l'anonymat de la vie privée, et celui qui tente de forcer la porte d'un enclos si bien tenu se découvre aussitôt voleur et sacrilège. À cet âge les jeux sont faits, les années passeront, leur carrière se poursuivra, l'accident qui en détournerait le cours détruirait du même coup leur vie.»
    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.