• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • La lettre
    • Édition


    La lettre de L'Agora
    Abonnez-vous gratuitement au bulletin électronique. de L'Agora.
    Si l’Encyclopédie de l’Agora demeure progressiste, c’est dans un nouveau sens du mot progrès, fondé sur la science réparatrice et sur le principe de précaution.
    Média social:
    Facebook:


    Flux RSS:

    Impression du texte

    Dossier: Arthur Rimbaud

    Le pas de l'aventurier

    Pierre Vadeboncoeur

    Rimbaud à Harar, Éthiopie

    « Quoi qu'il en soit, l'aventure de Rimbaud, qui n'est qu'un accident sur le souverain chemin du sens comme tout le reste des accidents, et sur le chemin conjoint du néant, où tout semble se confondre, est inscrite dans l'histoire philosophique ou littéraire. L'on n'en découvrira jamais l'explication. Mais, comme une énigme ou bien comme n'importe quel fait d'art, elle provoque indéfiniment le sens sans livrer de réponse, de sorte que le sens, qu'elle emprisonne, se multiplie indépendamment de celle-ci, à cause du fait qu'elle persiste à ne pas se trahir.

    Les lumières à propos de Rimbaud viennent de tout le monde à l'exception de Rimbaud. Le fait est qu'il se tut sur ce qu'il avait décidé. L'art est comme cela pour son compte : il ne répond pas. Dieu, si l'on va jusque-là et ne fût-ce qu'à titre de figure, donne continuellement la mesure de son absence. Il le fait par ceux qui parlent et par ceux qui se taisent, mais ni les uns ni les autres ne l'expriment, si ce n'est peut-être ces derniers, subliminalement, à leur insu et pourvu qu'ils ne commentent pas leur silence, ce qui justement est le cas de Rimbaud.

    Celui-ci est le premier témoin de sa propre ignorance. Il en est peut-être quasi le seul puisqu'on ne cesse, contrairement à lui, de lui prêter un savoir. Au sujet de Rimbaud, les consciences les plus aiguës savent, mais ce savoir n'est pas réel : il porte sur une multitude d'idées qui s'agglutinent autour d'un vide. " Je ne m'occupe plus de ça " : ce n'est même pas là un jugement ; on peut penser que ce n'est à aucun degré l'expression d'un savoir, d'une opinion motivée.

    Rimbaud ne s'en fait pas accroire, c'est le moins qu'on puisse dire. Ce sont les autres qui s'en font accroire pour lui. Mais il me semble qu'il aurait approuvé qu'au bout du compte on ne lui prête rien dans ce débat sur le sens, pour ce qui le concerne. Car il est à mon avis celui qui ne sait pas, au milieu d'une foule de gens qui savent à sa place. Tout le monde sait, mais pas lui. C'est plutôt cocasse.

    D'ailleurs, je rapproche cela d'une idée plus générale touchant ce genre de choses : l'exemple qui vient à l'esprit, c'est celui de tout artiste, lequel, quand il travaille, n'a guère d'idées claires sur ce qu'il fait, sinon aucune. En fait, sur le sens de son travail, ses idées sont obtuses, ses fins mal définies. Qu'à cela ne tienne ! Le degré d'inconscience aussi mesure la profondeur d'un acte, la richesse d'un parti, la force d'une résolution et même sa justesse.

    Un parti pris trop résolu pour la conscience, voilà qui peut égarer quand il s'agit du cas Rimbaud : on ne se résout pas à le voir agir sans qu'il explique son acte. Or il est comme tout un chacun. Il est dans le noir, il est dans le courant de la vie. Que peut-il savoir ? Peu de chose.

    Sauter à son sujet sur l'idée d'une prétendue connaissance sous ce rapport, c'est écarter le fait de l'état habituel des consciences, car la vie en nous prend constamment des résolutions sur lesquelles elle ne nous consulte pas. « Le coeur a ses raisons... » J'aime le Rimbaud irrationnel et instinctif, car c'est bien lui. Tel était le poète, tel fut l'antipoète. Qui peut prétendre voir en lui ce que lui-même ne voit pas et qu'on estime pouvoir voir à sa place, comme je le fais tant ici ? On se dissimule cette impossibilité et l'on se masque ainsi l'état habituel des êtres, qu'on imagine plus compliqués qu'ils ne sont, particulièrement s'il s'agit d'un grand homme.

    Il y a une nature humaine commune, bien peu éclairée sur elle-même. Le mystère de Rimbaud est la distance qu'on introduit entre le degré supposé de sa conscience et la vérité simple et voire banale de son geste. On tient à ce mystère pour une raison d'admiration. Mais mystère n'est ici qu'un mot occultant le fait qu'on n'y voit pas grand-chose.

    En tout cas, le raccourci qu'il convient de prendre, à l'encontre de cette imagination, c'est peut-être de résorber ce soi-disant mystère par le plus court, par le plus ordinaire, et c'est pourquoi je ferais ici appel à une extrême simplification des choses, sur le modèle, inévitable au fond, de ce que par expérience nous savons de notre propre insuffisance, si générale en chacun et au-dessus de laquelle nous nous élevons à peine, ne nous haussant qu'en intention, ou par l'art ou le désir, ou par la prière, ou par l'émotion et la contemplation, ailleurs qu'en notre pauvreté, accrochés parfois à des illuminations. On n'a pas à faire le fier, même par procuration. Ou alors on verse dans la littérature.

    Rimbaud, quand il rompit, ne savait vraisemblablement pas pourquoi, sinon qu'il balayait des rêves auxquels il ne tenait plus, si tant est qu'il y eût jamais tenu. Il se trouvait en ce cas à distance de ces rêves comme nous le sommes à l'égard de nos suppositions dans cette cause. Peut-être faut-il dire, dans les deux cas : rien de plus. Mais enfin je ne sais pas... »

    Date de création : 2012-04-01 | Date de modification : 2012-04-01
    Loading
    Informations
    L'auteur

    Pierre Vadeboncoeur
    Mots-clés
    Arthur Rimbaud, poète, mystère, conscience, artiste, inconscient, savoir, sens, silence, énigme, vie
    Extrait
    « Un parti pris trop résolu pour la conscience, voilà qui peut égarer quand il s'agit du cas Rimbaud : on ne se résout pas à le voir agir sans qu'il explique son acte. Or il est comme tout un chacun. Il est dans le noir, il est dans le courant de la vie. Que peut-il savoir ? Peu de chose. »
    Documents associés
    Jean Sgard
    Journalisme
    Gédéon Tallemant des Réaux
    André Rossinger
    Culture et composition
    Humour anglais
    Jean-Marc Warszawski
    Théorie musicale
    Jacques Dufresne
    Ville, femme, Vie, Histoire, Organique. Idée formative,
    Alfred de Vigny
    Femme, progrès, instant, amour, chemin de fer
    Jean de La Fontaine
    Égoïsme
    Jacques Dufresne
    Léo-Paul Hébert
    Collèges classiques, Séminaire de Joliette, Clercs de Saint-Viateur

    Contribuez au rayonnement des oeuvres de l'Agora/Homo vivens en devenant membre ou en faisant un don.